Nutraveris

Archives

jeudi 29 juillet 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , ,

Une étude randomisée, contre placebo et en double aveugle menée sur des femmes népalaises ayant reçu une supplémentation en vitamine A ou en bêta carotène pendant 3 ans, avant, pendant et après leur grossesse, a été suivie de l’examen des enfants par spirométrie, plusieurs années plus tard (1371 enfants âgés de 9 à 13 ans). Les résultats obtenus démontrent une amélioration de la fonction pulmonaire des enfants dont les mères ont reçu une supplémentation en vitamine A mais pas en bêta-carotène.

En effet, les enfants ayant reçu par leur mère une supplémentation en vitamine A, ont montré un volume expiratoire forcé en une seconde et une capacité vitale forcée significativement plus élevés que ceux obtenus par les enfants des mères ayant reçu le placebo. Les enfants ayant reçu la supplémentation en bêta carotène ne montrent aucune différence par rapport au groupe placebo.

Dans une population souffrant de malnutrition chronique, une supplémentation en vitamine A pourrait ainsi être recommandée chez les femmes enceintes afin de favoriser le bon développement de la fonction pulmonaire de leurs futurs enfants.

Quid de l’intérêt d’une recommandation pour une supplémentation en vitamine A chez des femmes enceintes dans les pays développés ?

Référence: Checkley W, West KP Jr, Wise RA, Baldwin MR, Wu L, LeClerq SC, Christian P, Katz J, Tielsch JM, Khatry S, Sommer A, “Maternal vitamin A supplementation and lung function in offspring”, N Engl J Med. 2010 May 13;362(19):1784-94.

Outre le magnésium, très peu d’actifs ont fait preuve d’une certaine efficacité pour l’audition et ce segment de marché reste très peu représenté. Pourtant, la perte d’audition induite par le bruit est un problème clinique, social et économique important. Bien qu’il ait longtemps été supposé que la quasi-totalité des cas de perte auditive était une conséquence de dommages mécaniques des cellules de l’oreille interne, il est maintenant connu qu’une activité métabolique intense entraîne la formation de radicaux libres (de courtes durées, instables, très réactifs) dans l’oreille interne.

Les études menées chez l’animale ont clairement montré que les radicaux libres,  formés pendant et après un bruit, contribuent à la perte auditive tandis que les antioxydants la réduisent. Ainsi, la combinaison de bêta-carotène, vitamines C et E et magnésium est très efficace dans la prévention de la perte auditive et la mort des cellules sensorielles chez le cochon d’inde et la souris. D’autres données sont nécessaires pour pouvoir extrapoler ces résultats à l’homme.

Les spécialistes des bouchons de protection anti-bruit, pourraient ainsi étendre leur gamme de produits avec un complément alimentaire ?

Références : Le Prell C, Ohlemiller K, Dolan D, Miller J. Development of therapeutics to protect the inner ear: Support from animal models. J Acoust Soc Am. 2010 Mar;127(3):1747.

lundi 26 juillet 2010
Catégorie : Preuves cliniques, Sécurité sanitaire | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , , , ,

Deux études randomisées et contrôlées ont été menées pour mesurer à la fois l’impact d’une alimentation hyper-protéinée avec ou sans restriction calorique chez 82 femmes ménopausées en surpoids pendant 9 à 12 semaines. La première étude a mis en évidence une perte de poids équivalente entre les 2 groupes, mais une réduction significative de la densité minérale osseuse significative avec l’alimentation hyper-protéinée par rapport à la restriction calorique seule (p<0,05). La deuxième étude, comparant les différents types de protéines, a mis en évidence que les protéines d’origine animale pouvaient accroître la réduction de la densité minérale osseuse.

De nombreuses femmes, ménopausées ou non, utilisent des régimes hyper-protéinés pour perdre du poids. Sachant qu’à partir de 40 ans, la densité minérale osseuse commence à décliner, pouvant conduire à l’ostéoporose, il serait nécessaire de vérifier que si seules les protéines d’origine animale sont responsables de ce phénomène. Si les régimes hyper-protéinés favorisent effectivement la réduction de la densité minérale osseuse, de nouvelles pistes de développement pourraient être lancées pour prévenir cet effet et donc le risque d’ostéoporose.

Références : Campbell WW, Tang M. “Protein Intake, Weight Loss, and Bone Mineral Density in Postmenopausal Women”. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2010 Jul 6.

jeudi 22 juillet 2010
Catégorie : Epidémiologie, profils nutritionnels | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , , , ,

Dans cette étude d’observation réalisée sur des adultes via une enquête alimentaire, les auteurs ont mis en évidence un modèle adapté pour promouvoir un régime alimentaire sain. 15 catégories d’aliments ont été identifiées et 4 groupes distincts d’individus ont été établis en fonction de la qualité du régime alimentaire des participants (du plus sain au moins sain), groupes qui ont été comparés selon les différences de calories consommées de chaque catégorie d’aliments et selon la qualité nutritionnelle des aliments consommés au sein de chaque catégorie.

Les résultats ont montrés que dans le groupe bénéficiant de la meilleure qualité de régime alimentaire, les sujets consommaient plus de fruits et légumes, de poisson, de céréales de petit déjeuner, et moins de viande et de produits carnés que les groupes ayant un régime alimentaire moins sain. Ces aliments consommés par le groupe bénéficiant de la meilleure qualité nutritionnelle étaient plus sains que ceux consommées par les autres groupes. Les auteurs ont conclu que le modèle le plus adapté pour promouvoir un régime alimentaire sain devrait être un modèle de classification par catégories, mais avec un nombre limité de catégories. En effet, il est certain que les modèles qui utilisent un grand nombre de catégories sont inutiles pour la promotion d’une alimentation saine.

Référence : P Scarborough, C Arambepola, A Kaur, P Bhatnagar and M Rayner, “Should nutrient profile models be ‘category specific’ or ‘across-the-board’? A comparison of the two systems using diets of British adults”, European Journal of Clinical Nutrition (2010) 64, 553–560.

Le décret n°2010-688, publié le 23 Juin 2010, définit les denrées alimentaires sur les quelles le système de nutrivigilance sera appliqué, à savoir les compléments alimentaires, les aliments enrichis (notamment en vitamines et minéraux), les aliments diététiques et les nouveaux ingrédients.

L’AFSSA a déjà mis en place la déclaration, via internet ou courrier, par les professionnels de santé d’éventuels effets secondaires induits par les compléments alimentaires en octobre 2009.