Nutraveris

Archives

lundi 30 août 2010
Catégorie : Nutrilégal, Sécurité sanitaire | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

L’EFSA a évalué la sécurité d’emploi d’un extrait aqueux de Shiitaké (Lentinus edodes) Lentinex®, il s’agit d’un extrait contenant 98% d’eau et 2% de matière séche avec le lentinane (béta-glucane 1g/L), du glucose libre et des constituants azotés (protéines et acides aminés). Le fabricant propose d’intégrer son produit dans une large gamme d’aliments : compléments alimentaires, yaourts, boissons gazeuses, aliments cuits et transformés et pâtisseries. La dose maximum proposée par le fabricant est de 2,5 ml de Lentinex® apportant 1 mg/ml de lentinane, soit 41,7 µg/kg de poids corporel par jour pour une personne de 60 kg.

L’EFSA émet un avis positif quant à l’utilisation de l’extrait aqueux de Lentinex® comme ingrédient alimentaires.

Référence : http://www.efsa.europa.eu/fr/

Il y a quelques jours une nouvelle demande d’allégation en article 13.5 a été déposée pour défendre l’activité antioxydante du fruit de l’açai (Euterpe oleracea) et des ses dérivés. D’après les remarques émises par l’EFSA lors de l’évaluation des allégations génériques, il semble qu’un effet antioxydant, en tant que tel et sans être davantage précisé, ne soit pas un bénéfice ayant une relation à la santé. C’est d’ailleurs ce qui a valu au thé vert, dont l’effet antioxydant n’est plus à démontrer, de recevoir un avis négatif.

Pour autant, le dossier déposé peut présenter des études propres, mécanistiques et cliniques, permettant de préciser d’avantage que les études publiées jusqu’à présent l’effet antioxydant de l’açai et son intérêt pour la santé.

Les très nombreux cas de figure similaires que nous rencontrons nous amènent à toujours évaluer la recevabilité et la cohérence d’un dossier d’allégation et à le compléter par de nouvelles données cliniques si nécessaire afin de ne déposer que des dossiers ayant de réelles chances de recevoir un avis positif.

Références : www.efsa.europa.eu/fr

jeudi 26 août 2010
Catégorie : Nutrilégal, Sécurité sanitaire | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

L’EFSA a évalué la sécurité d’emploi des peptides de sardine Valtyron®, considérés comme nouvel ingrédient, se présentant sous forme de poudre blanche jaunâtre, contenant au moins 85% de peptides. Il est proposé pour être intégré dans le lait et les produits laitiers (yaourt, yaourt à boire, lait fermenté, lait en poudre), les soupes, les ragoûts, les soupes en poudre, les boissons (eaux et boissons aromatisées, y compris les boissons aromatisées aux légumes) et les céréales de petit déjeuner. La dose maximale de peptides de sardine proposée par le fabricant est de 0,6 g/portion.

L’EFSA estime que les données fournies par le fabricant sont suffisantes pour conclure à la sécurité d’emploi de ce produit chez l’adulte, l’enfant et les femmes enceintes et allaitantes.

Référence : http://www.efsa.europa.eu/fr/

lundi 23 août 2010
Catégorie : Nutrilégal, Sécurité sanitaire | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

Les poissons constituent une source privilégiée d’oméga-3 et une source intéressante de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Toutefois, ils peuvent également contenir des substances toxiques, telles que le méthylmercure (MeHg), les polychlorobiphényles (PCB), les dioxines/furanes, etc.

Les teneurs en lipides et oméga-3 sont variables entre les espèces de poissons et selon la saison, la période de reproduction ou l’alimentation des poissons. De même, il existe d’importantes variations de niveaux de contamination entre les différentes espèces de poissons et selon leur origine.

Afin d’assurer une couverture optimale des besoins de la population en nutriments, tout en minimisant les risques de surexposition à certains contaminants chimiques, l’AFSSA recommande de consommer 2 portions de poisson par semaine, dont une à forte teneur en EPA et DHA, en variant les espèces et les lieux d’approvisionnement.

Ces recommandations sont valables pour les adultes et les enfants à partir de 10 ans. Pour les femmes en âge de procréer, enceintes ou allaitantes, les enfants de moins de 3 ans, les fillettes et les adolescentes, il est recommandé d’éviter de consommer des poissons bioaccumulateurs de PCB à titre de précaution. Enfin, en ce qui concerne les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 3 ans, l’AFSSA recommande de limiter la consommation de poissons prédateurs sauvages et d’éviter, à titre de précaution, celle d’espadon, marlin, siki, requin et lamproie en raison du risque lié au MeHg.

Référence : www.afssa.fr

jeudi 19 août 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

Une récente étude clinique a mis en évidence la biodisponibilité des oméga-3 et une amélioration du contrôle du poids après la consommation de viande issue d’animaux nourris au lin.

Cette étude en double-aveugle, contre-placebo a été menée chez 160 volontaires en surpoids pendant 90 jours. La viande issue d’animaux nourris au lin présentait un faible ratio acides gras poly-insaturés (PUFA)/acides gras saturés (SFA) et oméga-6/oméga-3. Les individus du groupe contrôle, recevaient quant à eux une alimentation moins riche en graisse animale (ratios PUFA/SFA et oméga-6/oméga-3 plus élevés).

Les individus du groupe lin ont vu leurs paramètres sanguins améliorés par rapport au groupe contrôle : augmentation des globules rouges et des  concentrations en acide α-linolénique, DHA et EPA. Une réduction du poids, de l’IMC et du tour de hanches a également été notée dans les deux groupes sans différences significatives. Notons toutefois que 150 jours après la fin de l’étude aucune prise de poids significative n’a été mesurée dans le groupe expérimental contrairement au groupe contrôle.

Dans ce contexte de lutte contre l’obésité, devenu cause nationale, cette étude met en avant l’importance de la qualité des produits alimentaires et souligne le potentiel des denrées alimentaires issues d’animaux nourris au lin, crédo de la filière lin tradition bleu blanc cœur, pour lutter contre ce fléau.

Référence : Legrand P, Schmitt B, Mourot J, Catheline D, Chesneau G, Mireaux M, Kerhoas N, Weill P, “The consumption of food products from linseed-fed animals maintains erythrocyte omega-3 fatty acids in obese humans”, Lipids 2010 Jan;45(1):11-9

http://www.bleu-blanc-coeur.com/