Nutraveris
lundi 6 septembre 2010
Catégorie : Innovation | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , ,

La biodisponibilité du fer et du zinc des aliments d’origine végétale est fortement influencée par des inhibiteurs de la disponibilité des minéraux tels que les phytates, polyphénols, ou fibres alimentaires, et est généralement faible. Les acides aminés contenant du souffre ont démontré leur capacité à améliorer la biodisponibilité de certains minéraux lors d’études menées chez l’animal. L’ail et l’oignon sont riches en composés soufrés et une récente étude in vitro a montré qu’ils pouvaient améliorer la biodisponibilité du fer et du zinc issus de céréales et de légumineuses, sous forme crue ou cuite.

Reste à confirmer ces résultats préliminaires par des études chez l’animal et cliniques.

Référence : Gautam S, Platel K, Srinivasan K, “Higher bioaccessibility of iron and zinc from food grains in the presence of garlic and onion”, J Agric Food Chem. 2010 Jul 28;58(14):8426-9.

Ce nouveau dossier d’allégation est assez représentatif de la majorité des cas et a reçu un avis négatif car la corrélation entre les données scientifiques et l’allégation demandée (“soy protein reduces blood cholesterol and may therefore reduce the risk of (coronary) heart disease”) n’a pas pu être établie. Les résultats présentés dans le dossier ne mettent pas en évidence une réduction du LDL-cholestérol par les protéines de soja.

Par ailleurs :

– le produit, protéine de soja, a été correctement caractérisé

– la population cible sont des adultes sains

– réduire le LDL-cholestérol est un effet physiologique bénéfique en réduisant le risque de maladie cardiovasculaire.

Références : www.efsa.europa.eu/fr/