Nutraveris
jeudi 23 septembre 2010
Catégorie : ALLEGATIONS | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Suite aux commentaires reçus par la Commission Européenne concernant les avis négatifs de l’EFSA sur les cinq demandes d’allégation santé relatives à la minceur déposées par Gencor Pacific Inc. sur l’extrait de Caralluma fimbriata Slimaluma®, l’EFSA a apporté de nouveaux éléments sur l’évaluation des allégations sur le tour de taille et l’appétit.

L’EFSA reconnaît que le tour de taille est corrélé au risque de maladies cardiovasculaires et qu’une réduction de la graisse abdominale conduit généralement à une amélioration des anomalies métaboliques (résistance à l’insuline, altération de la régulation glycémique, hypertriglycéridémie, etc.). Toutefois, l’EFSA précise que le tour de taille peut également changer en réponse aux variations de l’eau corporelle. Ainsi, l’EFSA maintient qu’une relation de cause à effet n’a pas été établie entre la consommation de Slimaluma® et la réduction du tour de taille car :

–      Aucune mesure des changements de graisse abdominale n’a été effectuée,

–      La réduction du tour de taille n’a pas entrainé d’amélioration des troubles métaboliques associés à l’excès de graisse abdominale.

L’EFSA considère que la réduction de l’appétit, conduisant à une réduction de l’apport énergétique pourrait être un effet physiologique bénéfique. Toutefois, l’EFSA maintient qu’une relation de cause à effet n’a pas été établie entre la consommation de Slimaluma® et la réduction d’appétit car :

–       Un seul des 4 critères d’évaluation de l’appétit mesurés était significativement différent par rapport au placebo,

–       Aucune différence significative sur les apports énergétiques n’a été rapportée à J60 par rapport au placebo,

–       La méthode utilisée pour mesurer les changements des apports énergétiques est peu fiable,

–       Le paramètre principal et le calcul de la puissance n’étaient pas rapportés.

Référence : www.ec.europa.eu

Suite à leur argumentaire détaillé, ou les experts reviennent notamment sur le mode d’action des bêta-galactosidases, les conséquences technologiques de leur utilisation ou encore leur intérêt nutritionnel, ils concluent de la manière suivante : « les bêta-galactosidases présentent des intérêts technologiques non négligeables dans les produits laitiers fermentés, dans les crèmes glacées, dans la production de lactosérum ainsi que dans la production de denrées alimentaires contenant du lait ou du lactosérum partiellement délactosés. Cependant, l’Anses considère qu’il n’est pas possible d’évaluer précisément les conséquences technologiques et métaboliques du délactosage en l’absence de données analytiques obtenues sur un produit déterminé. L’Anses estime qu’il ne paraît pas y avoir d’intérêt nutritionnel à diminuer la teneur en lactose des yaourts pour des sujets hypolactasiques en raison d’études montrant une bonne tolérance digestive du lactose dans cette denrée. »

Retrouvez l’avis dans son intégralité en cliquant sur le lien suivant : http://www.afssa.fr