Nutraveris
lundi 25 octobre 2010
Catégorie : ALLEGATIONS, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

L’EFSA vient de publier ses derniers avis scientifiques sur la justification des allégations de santé conformément à l’article 13(1) du règlement (CE) n ° 1924/2006. Comme nous nous y attendions, nombreuses sont les opinions négatives émises par les autorités européennes. Sur les trois points essentiels (caractérisation du produit, pertinence de l’effet revendiqué pour la santé humaine et justification scientifique de l’effet revendiqué), les dossiers déposés ont reçu des avis négatifs principalement pour les deux raisons suivantes :

– Aucune relation établie entre l’effet diurétique et la santé

– Justification insuffisante de l’effet revendiqué

En effet, le groupe scientifique NDA estime que les preuves fournies ne permettent pas d’établir qu’une augmentation de l’élimination rénale de l’eau est un effet physiologique bénéfique pour la population générale en bonne santé. En outre, trop peu d’études cliniques justifient les effets revendiqués: les preuves sont basées uniquement sur des utilisations traditionnelles, des études in vitro et animales.

Cette insuffisance de preuves scientifiques rend compréhensible les avis négatifs délivrés par l’EFSA. Cependant, le manque de relation entre l’effet diurétique et la santé conclu par les autorités européenne affaibli très fortement les produits diurétiques existants sur le marché de la Nutrition Santé. Pour les professionnels, la question est alors la suivante : Dorénavant, comment sauver ces produits ?

Nous avons mis en place des solutions reglementaires alternatives permettant de continuer à communiquer sur ce segment de marche qui est l’un des plus importants en Chiffre d’affaires. Pour plus d’informations, contacter nos experts au 02 96 76 54 87.

Alors que l’ensemble des demandes d’allégation sur les probiotiques ont été rejetées par l’EFSA pour mauvaise caractérisation, ce dossier est le deuxième après Synbio à présenter une souche suffisamment caractérisée.

Le constituant alimentaire faisant l’objet de l’allégation de santé est la souche Lactobacillus casei Shirota (LcS). L’identification et la caractérisation de la souche a été réalisée par des méthodes phénotypiques et génotypiques. La souche est une bactérie à Gram positif, catalase négative, non mobile, non sporulée et à anaérobie facultatif. La caractérisation génotypique de LcS au niveau de l’espèce comprend l’analyse génotypique de la séquence d’ARNr 16S et l’hybridation ADN-ADN. La totalité du génome de la souche LcS a été déterminée. En outre, la caractérisation au niveau de la souche a été réalisée par différentes méthodes moléculaires, l’analyse RAPD (Random Amplified Polymorphic DNA), la comparaison des séquences d’ADN et l’électrophorèse en champ pulsé. La souche est également détectée par des anticorps monoclonaux spécifiques.

Un produit laitier fermenté contenant la souche LcS est commercialisé sous la marque Yakult®. Une version à valeur énergétique réduite avec les mêmes spécifications en ce qui concerne le nombre de cellules viables de LcS, a été commercialisé en Europe. Le système de contrôle de la qualité utilisé par Yakult est certifié ISO 9001 et HACCP.

A noter que l’EFSA estime que le maintien des défenses des voies respiratoires supérieures contre les agents pathogènes en maintenant les défenses immunitaires est un effet physiologique bénéfique.

Pour autant, ce dossier a été rejeté comme tant d’autres pour justification scientifique insuffisante, un manque de preuve de l’effet de la consommation de LcS sur le système immunitaire, qui pourrait se rapporter à la défense des voies respiratoires supérieures contre les agents pathogènes.

Références : www.efsa.europa.eu/fr/