Nutraveris

Archives

mardi 30 novembre 2010
Catégorie : ACTUALITES, ALLEGATIONS | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , ,

Nutraveris, le leader Européen du conseil scientifique et réglementaire en nutrition santé aura le plaisir d’intervenir dans les conférences et workshop sur les allégations de santé. Après la seconde édition de la « health claim conference » qui aura lieu le 1er décembre prochain à Bruxelles, le « Meeting with stakeholders on scientific requirements for health claims related to gut and immune function » qui aura lieu le 2 décembre à Amsterdam, Nutraveris prendra à nouveau la parole au « 6th International Workshop Nutrition & Health Claims Europe: Crisis or Opportunities? » le 15 février 2011 à Bruxelles.

Cet atelier interactif d’une journée s’adresse à la R&D ainsi qu’aux services de communication en nutrition, affaires réglementaires, marketing, ventes et production des industries alimentaires européennes et les entreprises intéressées par l’importation de produits alimentaires dans l’Union européenne. L’atelier offre une excellente occasion de rencontrer les experts et de développer son réseau de partenaires.

Références : www.healthclaims.eu

lundi 29 novembre 2010
Catégorie : ALLEGATIONS, Nutrilégal | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: ,

Les autorités anglaises ont qualifié de publicité trompeuse et mensongère la communication  d’un magazine pour un lait infantile. La formule de ce lait contenait des prébiotiques et des acides gras Oméga 3. Les autorités se sont basées sur les avis de l’EFSA et sur le règlement 1924/2006/CE pour évaluer l’allégation sur le bon développement du système nerveux de l’enfant revendiquée par le produit. Les avis de l’EFSA sur les Oméga3 et le développement du cerveau portant  sur les enfants de 3 à 6 ans et de 1 à 12 ans et non sur des nourrissons de 6 mois, population cible du produit, les autorités britanniques ont conclu que l’allégation utilisée sur le produit concernant « le développement du système nerveux et la santé des enfants »  ne pouvait être employée et devra être retirée.

Après des premières observations ayant suggéré un lien entre la flore intestinale et l’obésité, des premières revues ont été publiées sur le sujet autour de l’année 2008. Depuis, le nombre de publications ne cesse d’augmenter. Plus intéressant encore : plusieurs années après les premières études expérimentales menées chez l’animal pour évaluer les effets d’une supplémentation en probiotiques sur la prise de poids et de masse grasse, ce sont maintenant des études cliniques interventionnelles qui sont publiées et se succèdent depuis plusieurs mois.  

Alors qu’aujourd’hui la majorité des compléments alimentaires du segment de la minceur sont formulés à base de mélanges d’extraits végétaux (toujours plus nombreux), on peut donc s’attendre à l’apparition d’une « nouvelle génération » de produits minceur, dans lesquels les plantes auraient laissé place à certaines souches probiotiques.

Et si l’on se prête au jeu de mener une petite veille brevets, il semblerait que tous les leaders – ou presque – du marché des probiotiques s’y sont mis. Info ou intox ?

Toutefois, cette nouvelle application des probiotiques nécessitera probablement d’éduquer le consommateur, qui est jusque-là surtout habitué à entendre des messages ventant les bienfaits des probiotiques sur les défenses naturelles et les fonctions digestives.

jeudi 25 novembre 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

Une récente étude clinique contrôlée menée au Brésil a évalué l’effet de la consommation de 750mL/jour de jus d’orange concentré pendant 60 jours sur le profil et le métabolisme lipidique de 14 sujets hypercholestérolémiques et 31 sujets normolipidémiques. En parallèle, 8 sujets contrôles ne consommaient pas de jus d’orange.

Les résultats ont mis en évidence une diminution des niveaux plasmatiques de cholestérol LDL à J60, uniquement chez les sujets hypercholestérolémiques ayant consommé du jus d’orange  (P < 0,01). Les niveaux de cholestérol LDL et de triglycérides n’étaient quant à eux pas affectés par la consommation de jus d’orange. De plus, pour les deux groupes, une augmentation du transfert du cholestérol libre vers les HDL (P< 0,05) a été observée alors que les transferts de triglycérides (P< 0,05) et de phospholipides (P< 0,05) étaient réduits. En outre, une réduction du transfert du cholesteryl-ester était rapporté uniquement chez les sujets hypercholestérolémiques (P <0,05). Enfin, aucun changement n’a été observé chez les individus du groupe contrôle.

Ces résultats montrent l’intérêt de la consommation d’une boisson aussi courante que le jus d’orange. Toutefois, une étude randomisée et en double aveugle comparant les effets de la consommation de jus d’orange à un groupe contrôle avec un nombre suffisant de volontaires est nécessaire pour conforter ces résultats.

Référence : Cesar TB, Aptekmann NP, Araujo MP, Vinagre CC, Maranhão RC, “Orange juice decreases low-density lipoprotein cholesterol in hypercholesterolemic subjects and improves lipid transfer to high-density lipoprotein in normal and hypercholesterolemic subjects”, Nutr Res. 2010 Oct;30(10):689-94.

lundi 22 novembre 2010
Catégorie : Nutrilégal, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) va établir des documents d’orientation visant à fournir aux demandeurs des informations plus détaillées sur les exigences scientifiques attendues pour les allégations de santé relatives à :

– la performance physique

– les fonctions neurologiques et psychologiques

– les os, les articulations et la santé bucco-dentaire

– l’évaluation de l’appétit, la gestion du poids, et les concentrations en glucose dans le sang

– le stress oxydant, les dommages oxydatifs et la santé cardiovasculaire

Le délai de publication de ces documents a été fixé au 31/07/12 par l’EFSA. Espérons que ces documents apportent de réelles réponses aux industriels qui souhaitent soumettre des dossiers de demande d’allégation en article 13.5 ou 14.

Référence : www.efsa.europa.eu