Nutraveris

Archives

mercredi 18 juin 2014
Catégorie : Non classé | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags:

Suite à des signalements (système de Nutrivigilance) et à des soupçons de falsification pesant sur les compléments alimentaires à visée oculaire, la DGCCRF a réalisé en 2012 une enquête sur ces produits. Une note d’information de mars 2014 résume les enseignements de cette enquête.
Notamment 50 % des produits contrôlés contenaient de la méso-zéaxanthine, un isomère synthétique de la zéaxanthine. Or la DGCCRF considère que la méso-zéaxanthine relève du règlement (CE) n° 258/97 relatif aux nouveaux aliments et aux nouveaux ingrédients et ne peut donc pas être utilisée en alimentation humaine sans autorisation préalable. D’après les résultats d’analyses, la présence de méso-zéaxanthine serait due au procédé de fabrication de l’extrait de Tagetes erecta visant à concentrer la zéaxanthine (saponification des esters de lutéine à température élevée visant à fabriquer un concentré de zéaxanthine, réalisée en partie grâce à l’utilisation d’un solvant qui n’est pas autorisé par la directive 2009/32/CE, le DMSO (diméthylsulfoxyde)).

Suite à des signalements (système de Nutrivigilance) et à des soupçons de falsification pesant sur les compléments alimentaires à visée oculaire, la DGCCRF a réalisé en 2012 une enquête sur ces produits. Une note d’information de mars 2014 résume les enseignements de cette enquête.Notamment 50 % des produits contrôlés contenaient de la méso-zéaxanthine, un isomère synthétique de la zéaxanthine. Or la DGCCRF considère que la méso-zéaxanthine relève du règlement (CE) n° 258/97 relatif aux nouveaux aliments et aux nouveaux ingrédients et ne peut donc pas être utilisée en alimentation humaine sans autorisation préalable. D’après les résultats d’analyses, la présence de méso-zéaxanthine serait due au procédé de fabrication de l’extrait de Tagetes erecta visant à concentrer la zéaxanthine (saponification des esters de lutéine à température élevée visant à fabriquer un concentré de zéaxanthine, réalisée en partie grâce à l’utilisation d’un solvant qui n’est pas autorisé par la directive 2009/32/CE, le DMSO (diméthylsulfoxyde)).