Nutraveris
mercredi 10 septembre 2014
Catégorie : Non classé | Auteur : experts
Tags:

Suite à une notification RASFF transmise par les Autorités Belges en avril 2014 concernant l’irradiation non autorisée d’un colorant (oxyde de fer E172) utilisé dans des compléments alimentaires, la Commission Européenne et les Etats Membres discutent actuellement d’une possible position européenne concernant la conduite à tenir pour les produits contenant cet ingrédient.

Lors de la réunion du Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale (CPCASA) du 16 juin, une majorité des Etats Membres étaient fortement opposés à toute dérogation pour continuer à utiliser cet oxyde de fer irradié, c’est pourquoi en juillet 2014, une lettre de la Commission Européenne a été envoyée aux fédérations du secteur alimentaire pour informer les opérateurs alimentaires de :

  • réaliser des investigations sur la possible utilisation d’oxyde de fer irradié dans leurs produits
  • et dans le cas où cet oxyde de fer irradié est utilisé, arrêter immédiatement l’utilisation de tous les stocks restants d’oxyde de fer irradié pour une utilisation dans l’alimentation humaine, de plus tous les compléments alimentaires fabriqués avec de l’oxyde de fer irradié qui sont encore dans le site de production ne peuvent pas être commercialisés, ni être mis sur le marché.

En ce qui concerne les produits finis déjà sur le marché, la décision au sujet d’un rappel ou non n’a pas encore été prise au niveau européen.

L’avis de l’EFSA demandé par la Commission sur la sécurité des compléments alimentaires contenant de l’oxyde de fer irradié a été publié le 4 juillet et conclut que les informations fournies sont insuffisantes pour conclure complètement.

Lors du CPCASA de juillet 2014, la Commission a donc demandé des informations complémentaires et les Etats Membres devaient fournir à la Commission au plus tard le 21 juillet leur avis sur la façon de procéder.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informer quand la décision finale européenne sur la nécessité ou non de rappeler les produits finis déjà sur le marché sera disponible. En attendant, chaque Etat membre peut mettre en place des mesures nationales.

Laisser un commentaire