Nutraveris

Catégorie 'Convictions'

mardi 7 février 2012
Catégorie : Allégations, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

Après deux refus en article 13(1) et en article 14, l’EFSA a rendu cette semaine un nouvel avis négatif concernant la réduction du LDL-cholestérol par les isolats de protéines de soja. Comme très souvent, la raison du refus repose sur une justification scientifique insuffisante. Pour autant, le pétitionnaire a fournit aux experts un dossier reposant sur 23 études randomisées et contrôlées. De plus, ces études étaient soutenues par une méta-analyse réalisée spécifiquement pour ce dossier, ainsi que par de nombreuses études supportives (études d’intervention, méta-analyses, revues, étude mécanistiques)

Néanmoins, les experts ont considérés que 4 des 23 études proposées ne pouvaient être pertinentes du fait de méthodologies expérimentales non adéquates (principalement une analyse statistique non pertinente). Sur les 19 études restantes, 4 publications ont montré une réduction significative du LDL-cholestérol alors que les autres ne mettaient pas en évidence d’effets significatifs des protéines de soja. De façon assez surprenante, les méta-analyses fournies par le pétitionnaire n’ont pas été considérées comme pertinentes par le panel, et ont été rejetées pour des questions de méthodologie.

Les industriels produisant les isolats de protéines de soja ne peuvent donc toujours pas communiquer sur la réduction du LDL-cholestérol par les protéines de soja en Europe, alors que de nombreux pays (Etats-Unis, Japon, Brésil notamment) ont accepté une telle allégation.

mardi 17 janvier 2012
Catégorie : Allégations, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

Ce nouvel avis négatif sur la glucosamine pour l’application articulation en article 13.5 fait suite à celui sur la réduction de la dégénérescence du cartilage et la réduction du risque de développement d’ostéoarthrose en article 14. Précédemment déjà, la glucosamine seule ou en combinaison avec de la chondroïtine sulphate avait déjà été rejetée pour le maintien de l’articulation en article 13.1.

Pour autant, l’EFSA accepte :
• La caractérisation : The food constituent that is the subject of the health claim is glucosamine, is sufficiently characterised.
• Le bénéfice santé : The claimed effect is “contributes to the protection of joint cartilage exposed to excessive motion or loading and helps to improve the range of motion in joints”. Maintenance of joints is a beneficial physiological effect.
• La population cible : The target population proposed by the applicant is healthy individuals exposed to excessive load on the joints.

Mais l’EFSA continue à réfuter les preuves scientifiques d’efficacité. L’autorité considère que les données présentées ne permettent pas d’établir que des sujets blessés au genou sont représentatifs de la population cible (sujets sains exposés à une charge excessive sur les articulations) au regard du statut des tissus articulaires. Par conséquent, pour l’EFSA, les résultats d’études menées sur des sujets blessés au genou ne peuvent pas être extrapolés à la population cible.

Pour cette application « articulation » (et comme les autres), nous avons anticipé, et exprimé, il y a longtemps dans une interview pour Nutraingredients qu’il est indispensable de prouver l’efficacité d’un ingrédient chez des sujets sains. Le choix des sujets de l’étude est crucial pour son utilisation dans le cadre d’une demande d’allégation. De plus, nous avons mis en pratique nos recommandations et obtenus des résultats positifs sur l’articulation dans une population de sujets sains.

Toutes les allégations sont accessibles en ligne sur Nutraveris’on line.

Pour toute question concernant l’application articulaire, étude clinique ou demande d’allégation, contactez nos experts.

jeudi 15 décembre 2011
Catégorie : Actualités, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

L’EFSA vient de publier dernièrement 3 avis scientifiques selon l’article 13.5 du Règlement (CE) 1924/2006 relatifs à la santé gastro-intestinale. La fibre de betterave sucrière remporte un avis positif sur l’augmentation du poids des selles, principalement supporté par 2 études cliniques mettant en évidence des résultats significatifs. En effet, les 3 critères requis par le Panel, que sont la caractérisation de l’ingrédient, la relation à la santé et la justification scientifique sont remplis, permettant une issue positive à la demande. Cependant, l’EFSA a également répondu négativement à une demande sur la fibre de betterave sucrière et son effet sur le transit intestinal pour cause de justification scientifique insuffisante. La qualité des études et la méthodologie sont en effet remises en cause.

Une demande d’allégation sur un mélange de β-galacto-oligosaccharides et la réduction d’un inconfort gastrointestinal a également été évaluée négativement par l’EFSA. Il semble que, bien qu’un lien entre l’ingrédient et l’augmentation des bifidobactéries dans l’intestin soit admis, tout comme le lien entre santé et maintien de la fonction gastro-intestinale, il manque la pièce raccordant ces 2 faits reconnus liant l’augmentation des bifidobactéries à la bonne fonction gastro-intestinale.

Au vue de l’ensemble des avis rendus sur cette application, il semble que l’obtention d’une allégation portant sur le maintien de la fonction soit atteignable, mais jusqu’à présent aucune ne porte sur la notion de confort intestinal ou d’amélioration de la fonction.

Pour toute demande concernant l’application « santé gastro-intestinale », n’hésitez pas à contacter nos experts.

mardi 30 août 2011
Catégorie : Actualités, Allégations, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: ,

Dans le 2eme lot, l’EFSA reconnaît que la mélatonine peut être utilisée pour alléguer sur l’atténuation des sensations du décalage horaire avec une prise de 0,5 à 5 mg. Dans le 3eme lot, l’Hydroxypropyl methylcellulose (HPMC) peut être utilisé à la fois pour alléguer sur la réduction de la réponse glycémique post-prandiale et le maintien des concentrations normales en cholestérol sanguin avec une prise d’au moins 5 g par jour. Dans le 5eme lot, la mélatonine encore, peut être utilisée pour alléguer sur la réduction du temps d’endormissement avec une prise de 1 mg. Pour autant, la mélatonine est longtemps restée non autorisée en complément alimentaire et l’HPMC n’est qu’un additif autorisé dans les gélules végétales. Depuis le 6eme et dernier lot, la monacoline K de levure de riz rouge peut être utilisée pour alléguer sur le maintien des concentrations normales de LDL-cholestérol. Alors que 10 mg par jour de monacoline K de préparations de levure de riz rouge doivent être consommés pour obtenir l’effet allégué, une telle dose n’est pas possible en nutrition santé car 10 mg de monacoline est considéré comme étant un médicament.
Ainsi, alors que de nombreux ingrédients autorisés, intéressant pour le marché de la nutrition santé ont reçu des avis négatifs endommageant très profondément un marché important en terme d’emplois et de chiffres d’affaires, on peut être surpris par ces cas anecdotiques d’allégations autorisées pour des ingrédients qui ne le sont pas et qui sont donc certes acceptées mais inutilisables !
jeudi 25 août 2011
Catégorie : Allégations, Convictions, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , ,

Selon une revue systématique et méta-analyse, menée pour déterminer l’efficacité de la supplémentation en vitamine D pour améliorer la densité minérale osseuse chez les enfants et les adolescents, il est peu probable que des suppléments de vitamine D soient bénéfiques chez les enfants et les adolescents présentant des taux normaux de vitamine D. Pour autant, selon l’EFSA une relation de cause à effet est établi entre la prise de vitamine D et la croissance et le développement normal de l’os chez les enfants et les adolescents.

Référence : Winzenberg T, Powell S, Shaw KA, Jones G. Effects of vitamin D supplementation on bone density in healthy children: systematic review and meta-analysis. BMJ. 2011 Jan 25;342:c7254