Nutraveris

Catégorie 'profils nutritionnels'

mardi 14 février 2012

Nouvelle recommandation nutritionnelle pour l’Europe : Publication des Valeurs Nutritionnelles de Référence pour les protéines

Après avoir publié ses avis sur les valeurs nutritionnelles de référence (VNR) pour les glucides, les fibres alimentaires, les matières grasses et l’eau, l’EFSA vient désormais de publier un avis sur les apports en proteines, après des consultations approfondies avec les États-membres, la communauté scientifique ainsi que d’autres parties prenantes. Ces valeurs nutritionnelles de référence indiquent les apports optimaux en nutriments dans le cadre d’une alimentation équilibrée, qui quand ils s’intègrent à un mode de vie globalement sain contribuent à un bon état de santé.

En effet, à la demande de la Commission européenne, L’EFSA a entamé un processus de mise à jour des valeurs de référence concernant les apports en nutriments et en énergie fixés en 1993 par le Comité scientifique de l’alimentation humaine. Au cours de ce travail, l’EFSA prend en considération les nouveaux éléments scientifiques et les recommandations récentes émises aux niveaux national et international. Ce travail permettra de fournir des recommandations nutritionnelles complètes, qui serviront notamment de support à l’étiquetage des produits alimentaires et aux décisions prises en Europe dans le domaine de la santé publique.

Retrouvez ces avis sur le site de l’EFSA. Pour plus d’information, contactez nos experts.

www.efsa.europa.eu

jeudi 1 septembre 2011

4 nouvelles chartes d’engagements volontaires de progrès nutritionnel signées depuis le début de l’année

Kiri, La vache Kiri, Uncle Ben’s et Thiriet se sont tous les quatre engagés à améliorer la qualité nutritionnelle de leurs produits en signant une charte d’engagement volontaire de progrès nutritionnel.

Kiri et La vache qui rit s’engagent à réduire la teneur moyenne en lipides de 5,7% et 5,6% respectivement, ainsi que celle en sodium de 5,8% et 6,4% respectivement. De plus, La vache qui rit s’engage à augmenter la teneur moyenne en calcium de 38%.
De même, Uncle Ben’s prévoit de diminuer la teneur moyenne en sodium de 18 à 24% pour ses produits Sauces et Express, respectivement.
Enfin, Thiriet s’engage à intégrer les critères nutritionnels dans ses exigences fournisseurs. De plus, Thiriet s’engage à diminuer de 60% en moyenne les teneurs en acides gras saturés, et à remplacer l’huile de palme par d’autres huiles plus faiblement saturées.

Alors qu’un nouveau programme national nutrition santé vient juste d’être lancé, le PNNS3 (2011-2015), il est encourageant d’observer de nouvelles entreprises s’engager.

Référence : www.sante.gouv.fr

mardi 12 juillet 2011

Les effets d’un régime hyperprotéiné sur la sensibilité à l’insuline

Une étude clinique randomisée a été menée chez 84 personnes en surpoids présentant des signes de syndrome métabolique, pour déterminer les effets d’un régime hyperprotéiné et d’un régime riche en fibre (céréales) sur la sensibilité à l’insuline et le risque de diabète, pendant 18 semaines.
Après 6 semaines d’étude, des tests de sensibilité à l’insuline ont été effectués chez les participants à l’aide d’un clamp euglycémique hyperinsulinémique. Les résultats ont montré que les personnes ayant consommé le régime riche en fibre avaient une sensibilité à l’insuline 25% plus élevée que les personnes sous régime hyperprotéiné. Ces effets se sont atténués après 18 semaines de régime probablement à cause du manque d’acceptabilité du régime hyperprotéiné.
Cette étude pose donc le problème des régimes trop riches en protéines qui peuvent diminuer la sensibilité à l’insuline et ainsi détériorer le statut des personnes souffrant déjà du syndrome métabolique. Les régimes diététiques doivent donc être soigneusement contrôlés pour éviter les effets néfastes sur l’organisme.

Références: Weickert MO, Roden M, Isken F, Hoffmann D, Nowotny P, Osterhoff M, Blaut M, Alpert C, Gögebakan O, Bumke-Vogt C, Mueller F, Machann J, Barber TM, Petzke KJ, Hierholzer J, Hornemann S, Kruse M, Illner AK, Kohl A, Loeffelholz CV, Arafat AM, Möhlig M, Pfeiffer AF. Effects of supplemented isoenergetic diets differing in cereal fiber and protein content on insulin sensitivity in overweight humans. Am J Clin Nutr. 2011;Jun 1.

mardi 12 avril 2011

Recommandations des Académies Nationales de Médecine et de Pharmacie sur les allégations nutritionnelles et de santé

Les Académies Nationales de Médecine (ANM) et de Pharmacie (ANP) ont récemment fait connaitre leurs positions concernant les allégations nutritionnelles et de santé. L’ANM et l’ANP recommandent notamment de renoncer à la notion de profils nutritionnels, de limiter le nombre de denrées alimentaires pouvant bénéficier d’une allégation, et de préciser sur l’étiquetage les avantages et les inconvénients des produits porteurs d’allégations. De plus, ces académies nationales recommandent de prendre en compte la pertinence, en termes de santé publique, de la mise sur le marché des produits alimentaires affichant des allégations, et de réaliser également une analyse bénéfice risque approfondie.

Référence : http://www.acadpharm.org

jeudi 17 février 2011

3 nouvelles chartes d’engagement de progrès nutritionnel signées

Trois nouveaux signataires se sont engagés à améliorer la qualité nutritionnelle de certains de leurs produits : la Fédération Française des Industriels Charcutiers, Transformateurs de viande (FICT), Kellog’s et Cereal Partners France (CPF).

Les engagements de Kellog’s France portent notamment sur une réduction de 9% en moyenne de la teneur en sucres simples, de 15,8% de la teneur en sodium, ainsi qu’une augmentation de 25,6% en moyenne de la teneur en fibre d’ici 2014 pour les céréales du petit déjeuner.

Le CPF s’est quant à lui engagé à réduire les teneurs en sucres simples de 12% en moyenne sans compensation par ajout de matière grasse et à augmenter la teneur en céréales complètes de 5% à 16% d’ici 2012, mais aussi à réduire les teneurs en sodium de 17% en moyenne pour les céréales pour le petit-déjeuner Nestlé.

Enfin, le FICT s’engage à développer une stratégie afin de réduire encore les teneurs en sodium (au moins 5%) et lipides (au moins 5%) des principales charcuteries produites en France en faisant évoluer leurs règles de composition pour aboutir à terme à la modification du code des usages. La profession s’engage également à promouvoir l’étiquetage nutritionnel.

 Référence : http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/nutrition/actions8.htm