Nutraveris
lundi 17 mai 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , ,

Le vin contenant des polyphénols, dont les propriétés antioxydantes ont été démontrées in vitro et in vivo, un consensus général existe aussi bien dans le public que chez les professionnels selon lequel le vin, et plus particulièrement le rouge, est une boisson antioxydante.  Par ailleurs, la consommation d’alcool est liée à des dommages oxydatifs. Cependant, il n’y a pas de preuve d’un bénéfice antioxydant de la consommation de vin chez les sujets sains, hormis le fait de contrebalancer le possible effet  pro-oxydant de l’alcool. En revanche, en situation de stress oxydatif, il semble que le vin rouge ait un effet protecteur antioxydant assez prometteur. Ainsi, le stress oxydatif postprandial est contrebalancé par la consommation de vin rouge.

Cette nouvelle revue met en évidence à quel point des sujets qui paraissent simples et connus, tels que le stress oxydant et les polyphénols de vin, sont en réalité beaucoup plus compliqués qu’il n’y parait. C’est pourquoi une parfaite connaissance des données scientifiques est nécessaire pour formuler des produits de nutrition santé intégrant les dernières données scientifiques, ce que les experts Nutraveris ont le plaisir de faire à vos côtés depuis des années.

Référence : Covas MI, Gambert P, Fitó M, de la Torre R. Wine and oxidative stress: up-to-date evidence of the effects of moderate wine consumption on oxidative damage in humans. Atherosclerosis. 2010 Feb;208(2):297-304.

Selon les résultats de cette étude, le thé vert et le thé Rooibos semblent avoir un intérêt cardiovasculaire par l’inhibition de l’activité de l’enzyme de convertion de l’angiotensine. Ces données, bien qu’obtenues chez des sujets sains, la population cible en nutrition santé, ne pourraient pas être pertinentes dans un dossier d’allégation de santé selon le règlement 1924/2006 car le nombre de sujets est trop faible.

Référence : Persson IA, Persson K, Hägg S, Andersson RG. Effects of green tea, black tea and Rooibos tea on angiotensin-converting enzyme and nitric oxide in healthy volunteers. Public Health Nutr. 2010 Feb 10:1-8

vendredi 14 mai 2010
Catégorie : Epidémiologie, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Une étude d’observation a suivi 216 adolescents, de leur naissance jusqu’à leur 16 ans environ a établi que la consommation en graisses et en magnésium pendant le 3ème trimestre de la grossesse chez la mère, ainsi que l’allaitement, influençaient la santé osseuse de l’enfant.

En effet, un apport en lipides était négativement corrélé à la densité minérale osseuse du col du fémur et de la colonne vertébrale, contrairement au magnésium et au lait maternel qui ont montré des corrélations positives avec la densité minérale osseuse de la colonne vertébrale notamment.

Référence : Yin J, Dwyer T, Riley M, Cochrane J, Jones G. “The association between maternal diet during pregnancy and bone mass of the children at age 16”. Eur J Clin Nutr. 2010 Feb;64(2):131-7. Epub 2009 Sep 16.

Une étude d’observation, menée chez 2245 personnes âgées d’au moins 55 ans, aux Pays-Bas, a évalué l’association entre l’incidence de l’hypertension et la consommation en produits laitiers. Le risque d’hypertension après 2 ans de suivi était inversement corrélé à la consommation de produits laitiers (p=0,008), notamment ceux à faible teneur en matières grasses (p=0,003). En revanche, aucune association n’a été mise en évidence pour les produits laitiers riches en matières grasses et les fromages (p<0,6). Il semblerait que les produits laitiers, et plus particulièrement ceux ayant un faible pourcentage en matières grasses, pourraient prévenir le risque d’hypertension dans cette catégorie de la population.

Référence : Engberink MF, Hendriksen MA, Schouten EG, van Rooij FJ, Hofman A, Witteman JC, Geleijnse JM. “Inverse association between dairy intake and hypertension: the Rotterdam Study”. Am J Clin Nutr. 2009 Jun;89(6):1877-83. Epub 2009 Apr 15.

Le 14 avril 2010 dernier, l’EFSA publie un avis scientifique confirmant que les glycosides de stéviol, les composants sucrés extrait de la feuille de stévia (Stevia rebaudiana Bertoni), sont inoffensifs pour la santé concernant leur utilisation dans les aliments et les boissons. L’EFSA a également établi leur Dose Journalière Admissible (DJA)  exprimée en équivalent de stéviol, de 4 mg/kg/jour pour une consommation sûre.

Référence : http://www.efsa.europa.eu/fr