Nutraveris
jeudi 28 janvier 2010

Caralluma fimbriata/Minceur : 5 nouvelles demandes d’allégations

Caralluma fimbriata, c’est 1 seule étude publiée identifiée via pubmed et qui a montré une réduction de l’appétit et du tour de taille. Pour autant, le dossier présente peut-être d’autres études identifiées via d’autres bases de données ou pas encore publiées.

Les très nombreux cas de figure similaires que nous rencontrons nous amènent à toujours évaluer la recevabilité et la cohérence d’un dossier d’allégation et à le compléter par de nouvelles données cliniques si nécessaire afin de ne déposer que des dossiers ayant de réelles chances de recevoir un avis positif.

Ainsi, par simple analyse du résumé de l’étude publiée, nous pouvons déjà soulever quelques points essentiels d’un dossier d’allégation et qui pourraient être défavorables dans ce cas précis:

– design de l’étude : bien randomisée, contrôlée, mais pas en double-aveugle, ce qui réduit la pertinence des résultats

– population cible : personnes en surpoids, mais avec un critère d’inclusion IMC > 25 kg/m², sans limite supérieure, ce qui signifie que des personnes obèses ont pu être inclues

– pertinence des résultats : sur les 5 applications ayant fait l’objet d’un dépôt d’allégation, seules 2 (réduction de l’appétit et du tour de taille) ont montré des résultats significatifs.

Si les dossiers d’allégations ne reposent pas sur des preuves cliniques plus solides et dans la bonne population cible, il est prévisible que les avis rendus par l’EFSA seront négatifs

2ème vague d’avis sur les allégations de santé par l’EFSA : tendance

La majorité des allégations porte cette fois sur des plantes et notamment leur effet antioxydant. Or, si l’on s’appuie sur les précédents avis émis par l’EFSA, notamment pour les effets antioxydants, il s’avère que peu voire pas d’allégations risquent de se voir recevoir un avis positif, notamment de par leur manque de données et d’efficacité chez l’homme.

Il semblerait que les études in vitro et/ou chez l’animal soient insuffisantes pour justifier d’un effet antioxydant chez l’homme.

Les EGCG améliorent l’endurance

Une récente étude clinique menée sur 19 jeunes adultes a mis en évidence que la consommation de 135mg d’EGCG, 3 fois par jour pendant 2 jours, pouvait augmenter significativement la VO2max comparé au placebo, sans affecter le débit cardiaque. Alors que les EGCG sont généralement reconnus pour leur activité antioxydante, cette étude montre qu’ils pourraient apporter d’autres bénéfices pour les sportifs.

Référence :Richards JC, Lonac MC, Johnson TK, Schweder MM, Bell C,Epigallocatechin-3-gallate Increases Maximal Oxygen Uptake in Adult Humans”, Med Sci Sports Exerc. 2009 Nov 27.

lundi 25 janvier 2010

Produits Ocean Spray/voies urinaires, avis négatif de l’EFSA sur l’allégation : Pourquoi ?

Malgré les solides preuves scientifiques (très nombreuses études et méta-analyses positives) de l’efficacité de la canneberge sur les infections urinaires chez la femme, l’allégation du leader mondial sur ce produit a été refusée car le dossier comporte des failles (études non positives, populations différentes de l’allégation, etc…).

Dans ce domaine que Nutraveris connaît parfaitement et dont nous pensons qu’il a toutes les chances d’obtenir prochainement une allégation positive, nous avons développé le savoir faire visant à justifier la relation de cause à effet entre la réduction de l’adhérence d’E. coli (le facteur de risque de la maladie en art. 14) et la réduction du risque d’infection urinaire chez la femme, ce bénéfice santé étant reconnu par l’EFSA.
Toutes les allégations sont accessibles en ligne sur Nutraveris’on line

Glucosamine/santé articulaire, avis négatif de l’EFSA sur les allégations : Pourquoi ?

Suite aux avis négatifs rendus sur les allégations portant sur la glucosamine et  l’articulation en général, il n’est plus possible aujourd’hui de communiquer sur ce qui représente le premier marché mondial pour le complément alimentaire !

En effet, les études mettant en évidence le bénéfice de la glucosamine sur les articulations ont essentiellement été menées dans des populations de patients malades souffrant d’arthrose et d’arthrite, population cible qui ne correspond pas à celle des compléments alimentaires.

Comme nous l’avons anticipé, exprimé il y a longtemps (interview nutraingredient) et déjà mis en œuvre par plusieurs études, il est nécessaire de justifier le bénéfice de la glucosamine (comme des autres ingrédients pour l’articulation) dans des populations de sujets sains.

Toutes les allégations sont accessibles en ligne sur Nutraveris’on line