Nutraveris
lundi 15 mars 2010
Catégorie : Epidémiologie | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , ,

De précédentes études avaient indiqué que les fumeurs et les consommateurs de boissons alcoolisées présentaient de faibles concentrations sériques en caroténoïdes. Une étude conduite sur un total de 1073 sujets suggère que le tabagisme et la consommation d’alcool agissent de façon synergique sur les concentrations sériques d’α et de β-carotène et de β-cryptoxanthine.

Ainsi, l’association de tabac et d’alcool serait potentiellement plus néfaste pour la santé qu’on aurait pu le penser, puisque les caroténoïdes possèdent un effet protecteur, notamment via leurs pouvoirs antioxydants (voir notre article précédent).

Référence: Sugiura M, Nakamura M, Ogawa K, Ikoma Y, Matsumoto H, Ando F, Shimokata H, Yano M., “Synergistic interaction of cigarette smoking and alcohol drinking with serum carotenoid concentrations: findings from a middle-aged Japanese population”, Br J Nutr. 2009 Oct;102(8):1211-9.

jeudi 11 mars 2010
Catégorie : Allégations | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

Après le retrait de sa demande d’allégation en Avril 2009, déposée en article 13.5 sur Actimel®, Danone France vient de redéposer son dossier. Alors que la demande initiale portait sur le renforcement des défenses naturelles de l’organisme, elle concerne aujourd’hui plus précisément la fonction de défense intestinale. Suite aux recommandations de l’EFSA publiées en octobre 2009 concernant la caractérisation des souches probiotiques, le groupe Danone dispose aujourd’hui de plus d’éléments pour pouvoir répondre aux mieux aux exigences de l’EFSA.

Référence : http://www.efsa.europa.eu

Cette revue menée pour évaluer et résumer les données scientifiques portant sur les extraits de plantes les plus commercialisés en occident est à mettre en parallèle des avis majoritairement négatifs qu’ont reçus les allégations génériques portant sur les plantes. Selon cette recherche de données couvrant près de 1000 plantes, seulement 156 ont fait l’objet d’études cliniques publiées. Pour un cinquième des plantes ayant fait l’objet de cette recherche, seules des études phytochimiques ont été trouvées. Cela suggère que leurs propriétés et indications ont souvent été attribuées à la simple présence de certains composés, mais qu’aucune preuve concernant les activités de l’ensemble des extraits n’a été rapportée.

Pour environ 12% des plantes actuellement disponibles sur le marché occidental, aucune étude de leurs propriétés n’a été publiée, alors qu’il existe des preuves solides de l’effet toxique ou allergisant sur 1200, ce qui signifie que leur utilisation devrait être interdite. Neuf plantes possèdent de nombreuses preuves de leur effet thérapeutique : A. officinalis, Calendula officinalis, Centella asiatica, E. purpurea, Passiflora incarnata, Punica granatum, Vaccinium macrocarpon, Vaccinium myrtillus, Valeriana officinalis.

Ce constat du manque de données d’efficacité des plantes les plus commercialisées en occident justifie pourquoi les allégations génériques sur les plantes ont reçu en majorité des avis négatifs de l’EFSA en octobre 2009 et février dernier (voir notre article).

Toutes les allégations sont accessibles en ligne sur Nutraveris’on line

Référence : Cravotto G, Boffa L, Genzini L, Garella D. Phytotherapeutics: an evaluation of the potential of 1000 plants. J Clin Pharm Ther. 2010 Feb;35(1):11-48

L’EFSA a publié un document d’orientation relatif à l’évaluation du rapport bénéfices/risques de certains aliments ou ingrédients entrant dans la composition de ces aliments afin de la soumettre à consultation publique. En effet, les avantages de ces aliments en matière de santé sont souvent mis en avant, mais il ne faut pas oublier qu’ils peuvent également présenter des risques.

Ainsi, le comité scientifique de l’EFSA présente une méthode en trois étapes :

–      nécessité d’une évaluation du rapport bénéfices/risques,

–      quantification des risques et des bénéfices à des niveaux d’expositions donnés,

–      comparaison complète des risques et des bénéfices combinés afin de définir l’impact net sur la santé.

Selon le document d’orientation, cette évaluation du rapport bénéfices/risques est complexe, notamment de par la disponibilité limitée des données sur l’évaluation des bénéfices. Il vous est possible de faire par de vos commentaires concernant ce document auprès de l’EFSA avant le 15 avril 2010.

lundi 8 mars 2010
Catégorie : Innovation, Tendances | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

La société NOM, située à Shropshire au Royaume-Uni, spécialisée dans la production de yaourts, vient de lancer en début d’année 2010 une nouvelle gamme appelée « NOM Naturally Active ».
Il s’agit de yaourts à boire probiotiques, proposés en variétés fraise ou multi-fruits disponible dans les supermarchés Morriston stores. Naturally Active contiennent 100% d’ingrédients naturels et des cultures probiotiques, Lactobacillus casei. Cette bactérie lactique permettant à l’organisme de contribuer aux défenses naturelles lorsque que celui consommé quotidiennement dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée. Le produit est utilisé par les adultes soucieux de leur santé, mais aussi pour les paniers repas des enfants.

Référence : Société NOM : http://www.nomdairy.co.uk/about.aspx

NOM Naturally Active : http://www.nomdairy.co.uk/naturally_active.aspx