Nutraveris
lundi 1 mars 2010
Catégorie : Allégations, Nutrilégal | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , ,

Le 25 février dernier, l’EFSA a publié 31 avis contenant 416 allégations génériques. Seules 8 allégations génériques ont reçu un avis positif (comme nous le soupçonnions)  :

–      la vitamine D et les fonctions immunitaires / fonctions musculaires

–      mélatonine et les effets du décalage horaire

–      gomme de Guar et le cholestérol

–      substituts de repas et la perte de poids / maintien du poids après régime

–      potassium et les fonctions musculaire / pression artérielle

La mélatonine étant interdite dans les denrées alimentaires, l’allégation positive ne peut pas être utilisée.

L’EFSA a publié 5 avis regroupant des allégations rejetées par segment ou par ingrédient :

– propriétés antioxydantes : 176 ingrédients

– microorganismes et levures : 65 allégations jugées insuffisamment caractérisées

– articulations, les os et la santé musculaire : 42 ingrédients

– concentration en glucose dans le sang : 32 ingrédients (des plantes)

– réponses glycémiques / index glycémique bas : 8 glucides.

Les raisons de ces refus sont la non-caractérisation de l’ingrédient (probiotique), le manque de preuves, la non mise en évidence de relation cause à effet.

Pour les allégations rejetées pour preuves insuffisantes ou manque de caractérisation, les opérateurs pourront compléter le dossier par le biais d’un dossier en article 18 dans les 3 mois après l’entrée en vigueur du Règlement listant les 1ères allégations génériques positives.
Dans ce cas l’allégation générique sera toujours considérée comme étant en cours d’évaluation et pourra être utilisée jusqu’à la publication de l’avis.

Le Règlement listant les allégations génériques du 1er lot ainsi que les avis du 3eme lot devraient être publiés en septembre 2010.

En Ecosse, le Ministère Public de la Santé propose une série de mesures visant à réduire l’obésité dans le pays. Ces mesures consisteront notamment à solliciter les industriels de l’agro-alimentaire (fabricants et distributeurs), afin de réduire la consommation de boissons et de produits à fortes valeurs caloriques.

En parallèle, les établissements scolaires seront sollicités afin de continuer à encourager les jeunes à adopter des modes de vie sains, et les entreprises devront faire de même auprès de leurs salariés. Enfin, certaines lois pourraient être votées afin de favoriser les activités physiques au quotidien, dont les déplacements à pieds ou en vélo.

Référence: http://www.scotland.gov.uk/News/Releases/2010/02/22095151

jeudi 25 février 2010
Catégorie : Nutrilégal, Sécurité sanitaire | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , ,

L’EFSA a rendu un avis positif sur l’utilisation du copolymère méthacrylate basique, commercialisé par Evonik Industries, comme agent d’enrobage des compléments alimentaires de forme solide et des aliments solides à des fins médicalisées.

Cet ingrédient permet de protéger le produit contre les moisissures et de masquer les éventuels mauvais goûts. Le copolymère méthacrylate basique a fait l’objet d’études de pharmacocinétique, qui ont permis de mettre en évidence qu’il n’était pas absorbé au niveau intestinal, de toxicité aiguë et subchronique, d’études de génotoxicité et de toxicité pour le développement.

D’un point de vue sécurité, le copolymère méthacrylate basique ne présente pas de génotoxicité ou de toxicité sur le développement fœtal (NOAEL = 1000 mg/kg/jour, seule dose testée). La dose NOAEL (No observe adverse effects level) pour les rats était de 2000 mg/kg/jour (dose maximum testée) et pour les chiens de 750 mg/kg/jour (dose maximum testée, mais durée insuffisante selon l’EFSA). Aucune étude sur la toxicité chronique et la toxicité sur la fonction reproductive n’ont été réalisées sur le copolymère méthacrylate basique.

La marge de sécurité, définie par l’EFSA en fonction des doses NOAEL et de la dose de copolymère méthacrylate basique dans l’enrobage des compléments alimentaires (100 mg/comprimé), a été estimée entre 85 et 171 pour l’adulte et 125 et 250 pour l’enfant. Compte tenu de son poids moléculaire élevé, de l’absence d’absorption intestinale et de son profil de faible toxicité, l’EFSA considère que ces marges sont suffisantes.

lundi 22 février 2010
Catégorie : Innovation | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , ,

Une étude récente a montré que des hydrogels à base de cellulose, produits à partir de dérivés de celluloses de qualités pharmaceutique et alimentaire, possèdent une forte capacité à gonfler dans des solutions aqueuses simulant les conditions environnementales de l’estomac et l’intestin.

Selon les résultats expérimentaux disponibles, ces hydrogels pourraient être utilisés en tant qu’adjuvants aux régimes hypo-caloriques dans la prise en charge du surpoids et de l’obésité. Toutefois, des études cliniques restent indispensables pour confirmer ces premiers résultats.

Référence: Alessandro Sannino, M. Madaghiele, C. Demitri, F. Scalera, A. Esposito, V. Esposito, A. Maffezzoli, “Development and characterization of cellulose-based hydrogels for use as dietary bulkingagents”, Journal of Applied Polymer Science; Volume 115 Issue 3, Pages 1438-1444

Cette étude a comparé l’effet d’aliments à base de grains entiers d’orge riches en fibres, de grains entiers de blé et de riz raffinés sur la prise énergétique et la satiété chez des sujets sains. Les auteurs ont conclu que l’apport de grains entiers d’orge riches en fibres, de grains entiers de blé et de riz raffinés pour le petit déjeuner et la collation n’a pas diminué l’apport énergétique, alors que la consommation de grains entiers d’orge riches en fibres a diminué de manière significative la faim contrairement au blé et au riz.
L’allégation de santé sur la satiété et l’apport énergétique est un sujet que nous connaissons bien et cette étude serait pertinente pour un dossier d’allégation de santé sur l’effet satiétant de l’orge parce que:

  • Menée chez des sujets sains, la population cible en nutrition santé
  • La faim, la plénitude, l’envie de manger, la quantité d’aliments consommés, et la soif ont été évalués en utilisant une modification de l’échelle visuelle analogue (VAS) avant et après le petit déjeuner, la collation et le dîner. Le VAS a été acceptée par les experts de l’EFSA pour mesurer l’effet satiétant.
  • Selon l’EFSA, la relation à la santé, de maintenir l’équilibre énergétique et le contrôle du poids peut être bénéfique pour la santé humaine.

Référence: Schroeder N, Gallaher DD, Arndt EA, Marquart L. Influence of whole grain barley, whole grain wheat, and refined rice-based foods on short-term satiety and energy intake. Appetite. 2009 Dec;53(3):363-9