Nutraveris
lundi 10 mai 2010
Catégorie : Convictions, Innovation, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , ,

La canneberge américaine est bien connue pour son action anti-adhérence sur E. coli, grâce à ses proanthocyanidines de types A caractéristiques, et largement utilisée pour les infections urinaires.

Cette étude sur la canneberge européenne met en évidence une grande teneur en polyphénols et anthocyanines. Parmi les 6 anthocyanines identifiées, le peonidin-3-galactoside prédomine. L’analyse des propriétés antimicrobiennes de cette canneberge a révélé un spectre très large sur les bactéries pathogènes humaines Gram moins (E. coli, Salmonella typhimurium) et Gram-plus (Enterococcus faecalis, Listeria monocytogenes, Staphylococcus aureus, et Bacillus subtilis).

La canneberge européenne pourrait-elle supplanter sa cousine américaine ?

Référence : Cesonienė L, Jasutienė I, Sarkinas A. Phenolics and anthocyanins in European cranberry and their antimicrobial activity. Medicina (Kaunas). 2009;45(12):992-999

Alors que les isoflavones sont bien décrits pour améliorer la fonction endothéliale, la controverse subsiste chez la femme ménopausée. Cette méta-analyse a donc été menée pour lever le doute.

Selon cette méta-analyse (sur 9 études randomisées contre placebo) menée pour évaluer l’effet de la supplémentation orale en isoflavones sur la fonction endothéliale vasculaire chez les femmes ménopausées, les résultats ne montrent pas d’amélioration chez les femmes ayant un FMD (flow-mediated dilation) élevé en début d’étude, tandis qu’une amélioration significative est observée chez les femmes ayant un FMD faible en début d’étude.

Référence : Li SH, Liu XX, Bai YY, Wang XJ, Sun K, Chen JZ, Hui RT. Effect of oral isoflavone supplementation on vascular endothelial function in postmenopausal women: a meta-analysis of randomized placebo-controlled trials. Am J Clin Nutr. 2010 Feb;91(2):480-6

Une récente étude in vitro menée sur des kératinocytes humains normaux a mis en évidence la capacité de la racine de Pueraria à stimuler la production d’acide hyaluronique. L’acide hyaluronique est naturellement présent dans les espaces intercellulaires de l’épiderme et les tissus conjonctifs du derme et est associé à de nombreuses activités telles que la rétention d’eau, l’entretien de diverses fonctions cellulaires, et l’homéostasie de la peau. De nouvelles études pré-cliniques et cliniques sont nécessaires pour confirmer ces premiers résultats.

Références: Wen KC, Lin SP, Yu CP, Chiang HM, “Comparison of Puerariae Radix and its hydrolysate on stimulation of hyaluronic acid production in NHEK cells”, Am J Chin Med. 2010;38(1):143-55.

jeudi 6 mai 2010
Catégorie : ALLEGATIONS, Convictions, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , ,

Cette revue présente la « théorie de l’homocystéine », impliquée dans l’athérosclérose. Selon plusieurs études épidémiologiques, l’hyperhomocystéinémie pourrait être considérée comme un facteur de risque cardiovasculaire. A noter que dans la problématique des allégations de santé en article 14, l’efficacité d’un actif doit être mise en évidence par la réduction d’un facteur de risque de maladie.

Les vitamines B, particulièrement la B9, réduisant les taux d’homocystéine pourraient réduire le risque de maladies cardiovasculaires et diminuer la mortalité et la morbidité dues aux attaques cardiaques, maladies coronariennes et maladies artérielles périphériques.

Toutes les études sont accessibles en ligne sur Nutraveris’on line

Référence: Ntaios G, Savopoulos C, Grekas D, Hatzitolios A. The controversial role of B-vitamins in cardiovascular risk: An update. Arch Cardiovasc Dis. 2009 Dec;102(12):847-54

Une société de biotechnologie a développé un extrait de lilas pour une application « peau ».

Une étude non contrôlée conduite sur des fumeurs aurait montré une réduction  significative de la peroxydation lipidique au niveau cutané après 30 jours de supplémentation par cet extrait.

Néanmoins, compte-tenu des exigences de l’EFSA, une étude clinique solide serait nécessaire avant d’envisager déposer une demande d’autorisation d’allégation.