Nutraveris
jeudi 25 août 2011
Catégorie : ALLEGATIONS, Convictions, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , ,

Selon une revue systématique et méta-analyse, menée pour déterminer l’efficacité de la supplémentation en vitamine D pour améliorer la densité minérale osseuse chez les enfants et les adolescents, il est peu probable que des suppléments de vitamine D soient bénéfiques chez les enfants et les adolescents présentant des taux normaux de vitamine D. Pour autant, selon l’EFSA une relation de cause à effet est établi entre la prise de vitamine D et la croissance et le développement normal de l’os chez les enfants et les adolescents.

Référence : Winzenberg T, Powell S, Shaw KA, Jones G. Effects of vitamin D supplementation on bone density in healthy children: systematic review and meta-analysis. BMJ. 2011 Jan 25;342:c7254

jeudi 26 mai 2011
Catégorie : ALLEGATIONS, Nutrilégal | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , , ,

Trois allégations de santé concernant les effets des acides gras essentiels et relatives au développement et à la santé des enfants ont été autorisées ce mois par la Commission Européenne suite aux demandes d’autorisation de Mead Johnson & Company  et Merck Selbstmedikation GmbH:

–       La consommation d’acide docosahexaénoïque (DHA) contribue au développement normal de la vue des nourrissons jusqu’à 12 mois.

–       La consommation d’acide docosahexaénoïque (DHA) par la mère contribue au développement normal des yeux du fœtus et de l’enfant allaité.

–       La consommation d’acide docosahexaénoïque (DHA) par la mère contribue au développement normal du cerveau du fœtus et de l’enfant allaité.

Les deux dernières allégations ont été autorisées par la Commission alors que l’EFSA avait initialement conclu à un manque d’éléments probants pour établir un lien de cause à effet entre la consommation d’un complément de DHA pendant la grossesse et l’allaitement et le développement de la vue et/ou le développement cognitif de l’enfant in utero ou de l’enfant allaité. Toutefois, ces allégations, accompagnées de conditions spécifiques d’utilisation, correspondent aux exigences du règlement (CE) n°1924/2006 selon la Commission Européenne et ont été inscrites sur la liste des allégations de santé autorisées dans l’Union car :

–       le DHA est un acide gras ayant un rôle structurel et fonctionnel majeur

–       le DHA peut contribuer au développement normal du cerveau et des yeux du fœtus et de l’enfant allaité

–      le DHA provient majoritairement du lait maternel, dont les teneurs dépendent de l’apport alimentaire et des réserves de la mère.

 

Référence : http://eur-lex.europa.eu

mardi 2 novembre 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , ,

Une récente étude est venue conforter les résultats déjà obtenus concernant les oméga-3 et la concentration et s’est intéressé également à l’hyperactivité des enfants.

En effet, une étude randomisée, menée contre placebo pendant 15 semaines sur 96 enfants de 7 à 12 ans atteints de troubles de l’hyperactivité et déficit de l’attention a mis en évidence qu’une supplémentation en EPA de 0,5 g par jour, améliorait le comportement des enfants grâce aux concentrations augmentées en EPA et diminuées en oméga-6 dans les phospholipides.

En effet, 2 groupes d’enfants ont été formés suivant leur degré d’hyperactivité et d’impulsivité et ont été évalués suite à la supplémentation via une échelle de notation établie par des enseignants (CTRS). Dans le groupe contenant les enfants les plus hyperactifs et inattentifs, les scores obtenus ont été améliorés par 25% chez 48% des enfants contre 9% chez les enfants du groupe placebo. Chez les enfants les moins hyperactifs et impulsifs, une amélioration de 25% a également été observée chez 36% des enfants par rapport à 18% des enfants du groupe placebo.

Encore une raison pour ne pas négliger la consommation en poisson ainsi que la supplémentation en oméga 3 des enfants !

Référence: Gustafsson PA, Birberg-Thornberg U, Duchén K, Landgren M, Malmberg K, Pelling H, Strandvik B, Karlsson T, “EPA supplementation improves teacher rated behaviour and oppositional symptoms in children with ADHD”, Acta Paediatr. 2010 May 19

jeudi 29 juillet 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , ,

Une étude randomisée, contre placebo et en double aveugle menée sur des femmes népalaises ayant reçu une supplémentation en vitamine A ou en bêta carotène pendant 3 ans, avant, pendant et après leur grossesse, a été suivie de l’examen des enfants par spirométrie, plusieurs années plus tard (1371 enfants âgés de 9 à 13 ans). Les résultats obtenus démontrent une amélioration de la fonction pulmonaire des enfants dont les mères ont reçu une supplémentation en vitamine A mais pas en bêta-carotène.

En effet, les enfants ayant reçu par leur mère une supplémentation en vitamine A, ont montré un volume expiratoire forcé en une seconde et une capacité vitale forcée significativement plus élevés que ceux obtenus par les enfants des mères ayant reçu le placebo. Les enfants ayant reçu la supplémentation en bêta carotène ne montrent aucune différence par rapport au groupe placebo.

Dans une population souffrant de malnutrition chronique, une supplémentation en vitamine A pourrait ainsi être recommandée chez les femmes enceintes afin de favoriser le bon développement de la fonction pulmonaire de leurs futurs enfants.

Quid de l’intérêt d’une recommandation pour une supplémentation en vitamine A chez des femmes enceintes dans les pays développés ?

Référence: Checkley W, West KP Jr, Wise RA, Baldwin MR, Wu L, LeClerq SC, Christian P, Katz J, Tielsch JM, Khatry S, Sommer A, “Maternal vitamin A supplementation and lung function in offspring”, N Engl J Med. 2010 May 13;362(19):1784-94.

lundi 14 juin 2010
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

Une nouvelle étude clinique, ayant évalué l’efficacité du produit Actimel® de Danone dans la stimulation des défenses naturelles chez l’enfant, a été publiée.

Cette étude, randomisée en double aveugle contre placebo, a été conduite sur 638 enfants âgés de 3 à 6 ans, pendant une durée de 90 jours. Les deux principaux marqueurs d’efficacité étaient : l’incidence des maladies infectieuses communes, et les changements de comportement liés à la maladie. Leurs évaluations s’appuyaient sur les déclarations des parents.

Dans le groupe supplémenté, l’incidence des maladies infectieuses communes s’est révélée être 19% inférieure à celle mesurée dans le groupe placebo, soit une différence statistiquement significative entre les deux groupes (p=0,046). Cette réduction globale des infections résultait principalement d’une réduction des infections gastro-intestinales. Cependant, concernant les changements de comportements liés à la maladie, aucune différence significative entre les deux groupes n’a été mise en évidence.