Nutraveris
jeudi 1 décembre 2011
Catégorie : ACTUALITES, Non classé | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

L’étude NutriNet-Santé (lancée en 2009) va mettre en évidence les comportements alimentaires de la population française et l’adéquation de ces comportements aux recommandations nutritionnelles du PNNS. Les premiers résultats ont montré que l’adéquation aux recommandations du PNNS est moins bonne chez les hommes, les jeunes, les ouvriers, les populations à bas revenus, les fumeurs et les sujets vivant dans les régions Nord et Est de la France. A l’inverse les scores d’adéquation les plus élevés se retrouvent chez les femmes, les cadres supérieurs, les hauts revenus et les sujets vivant dans les régions Méditerranée, Sud-Ouest, Centre-Est et Région Parisienne.
Les recommandations les plus faiblement suivies sont celles concernant la consommation des céréales complètes ou les produits laitiers (53 % sont en dessous). Les sujets ayant les scores d’adéquation aux recommandations nutritionnelles les plus élevés ont un meilleur apport en vitamines et minéraux par rapport à ceux ayant les scores les plus faibles: par exemple pour la vitamine C, 64 % en plus (131 vs 80 mg/j). Chez les sujets de corpulence normale, 34% des hommes et 33% des femmes présentent une forte adéquation aux recommandations alors que chez les sujets obèses, ils sont respectivement 27% et 29% [Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle, 2011].

Avec un nombre suffisant de volontaires et un suivi sur plusieurs années, l’étude NutriNet-Santé permettra d’étudier les effets des différents niveaux comportements alimentaires sur les maladies cardiovasculaires, les cancers, l’obésité, le diabète, l’hypertension, mais également de très nombreuses maladies ayant un cout humain, social et économique important : la polyarthrite rhumatoïde, la dépression, les pathologies digestives, l’ostéoporose, les pathologies thyroïdiennes, les migraines, l’asthme…

Réferences: Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle. Etude NUTRINET SANTE, cohorte pour l’étude des relations nutrition-sante, des comportements alimentaires et de leurs déterminants. Nov 2011

lundi 18 octobre 2010
Catégorie : profils nutritionnels | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , ,

La marque Fleury Michon s’engage à améliorer la qualité nutritionnelle de ses jambons de porc et de volaille, rôtis, plats cuisinés et traiteur de la mer, commercialisés en France en GMS. Les actions mises en place dans le cadre de cette démarche consistent à :

–        Réduire de 6 à 10 % la teneur en sel de ses plats cuisinés, jambons et rôtis et poursuivre ses efforts sur sa gamme de charcuterie à teneur réduite en sel

–        Limiter l’apport en acides gras trans en excluant les huiles hydrogénées des ses plats cuisinés et surimis

–        Réduire de 11.3% l’apport en acides gras saturés en excluant l’huile de palme de ses plats cuisinés et surimis

–        Présenter un étiquetage nutritionnel de type 2 (énergie, protéines, glucides dont sucres, lipides dont acides gras saturés, fibres, sel) sur 100 % de ses produits et sur son site internet

–        Promouvoir l’équilibre alimentaire et l’activité physique de ses collaborateurs en mettant en place des actions de suivi nutritionnel et de sensibilisation aux recommandations du PNNS2. Une distribution de fruits aura également lieu à chaque saison.

Fleury Michon signe ainsi la 19ème charte d’engagement volontaire du progrès nutritionnel dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS). Espérons que d’autres acteurs suivront l’exemple.

Référence : http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr

jeudi 15 avril 2010
Catégorie : Tendances | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , ,

Dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS), les marques P’tit Louis et Lesieur s’engagent à améliorer la composition de leurs produits. Pour P’tit Louis, les engagements consistent à :
–        Rendre ses produits « source de calcium à la portion » et « riche en vitamine D aux 100g»,
–        Réduire de 20 à 25% les teneurs en matière grasse d’ici 2011,
–        Réduire les teneurs en sel ajouté et respecter le seuil maximal de 0,5% d’ici 2013,
–        Respecter un cahier des charges nutritionnel interne pour le développement des nouveaux produits et améliorer l’information nutritionnelle.

La marque Lesieur s’engage quant à elle à :
–        Rendre les huiles des marques Isio et Frial riches en oméga-3,
–        Supprimer l’huile de palme et respecter les seuils suivants pour les huiles spéciale friture : acides gras saturés < 10%, acides gras trans < 1%, source d’oméga-3,
–        Enrichir en vitamine D toute sa gamme d’huiles Isio ,
–        Diminuer la teneur en chlorure de sodium des sauces, vinaigrettes et mayonnaises légères de 15-20% en moyenne et de 1,3% pour les mayonnaises classiques entre 2010 et 2012,
–        Améliorer l’étiquetage des produits pour fin 2012, poursuivre le développement de l’information nutritionnelle, promouvoir les repères de consommation du PNNS auprès de ses salariés et soutenir la recherche.

Référence : http://www.sante.gouv.fr/htm/pointsur/nutrition/actions8.htm

lundi 1 février 2010
Catégorie : Convictions, profils nutritionnels | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , ,

Trois marques du groupe Nestlé, Davigel, Maggi et Herta, s’engagent à modifier la composition de leurs produits de manière à réduire les teneur sel, lipides, sucres et acides gras trans, et à augmenter les teneurs en oméga-3 et vitamine D. A ce jour, 14 chartes d’engagement volontaire de progrès nutritionnel ont été signées dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS).

Référence : http://www.sante-sports.gouv.fr