Nutraveris
mardi 5 juillet 2011
Catégorie : Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

Une récente étude in vivo a démontré que la rhodiole pourrait avoir des propriétés bénéfiques dans les troubles boulimiques liés au stress. En effet, une administration par voie orale d’un extrait de Rhodiola rosea chez des rates a résulté en une diminution significative de la période de boulimie. En outre, il semble que les salidrosides soient en partie responsables de l’efficacité de l’extrait de la plante.
Cet effet peut être intéressant dans la gestion des comportements boulimiques qui peuvent être induits par des situations stressantes.
Références : Wang Y, Zhan X, Zhang X, Wu R, Yuan D. Comparison of Different Forms of Dietary Selenium Supplementation on Growth Performance, Meat Quality, Selenium Deposition, and Antioxidant Property in Broilers. Biol Trace Elem Res. 2010 Sep 14

jeudi 3 juin 2010
Catégorie : ALLEGATIONS, Convictions | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

Comme nous l’avons évoqué précédemment à propos des 5 demandes d’allégations portant sur Caralluma fimbriata et la minceur (masse grasse, faim, poids corporel, apport énergétique et tour de taille), les dossiers d’allégations doivent reposer sur des preuves cliniques solides. Ces nouveaux avis de l’EFSA confirment donc nos recommandations et prévisions quant à l’évaluation de ces 5 dossiers.

10-13 études (in vivo, in vitro, intervention, revue sur la relation entre le tour de taille et les événements cardiovasculaires, la fiabilité et la validité des échelles visuelles analogiques pour l’évaluation de l’appétit, le contrôle central du poids et de l’appétit, le lien entre la leptine et l’obésité, l’effet des fibres solubles et des vitamines et minéraux sur le poids et l’expansion clonale mitotique) ont été identifiées comme pertinentes pour supporter l’allégation.

Cependant, selon le comité, aucune conclusion ne peut être tirée de ces références pour la justification de l’effet revendiqué.

Selon l’avis de l’EFSA, les résultats obtenus ne mettent en évidence aucun effet significatif pour l’extrait de Caralluma fimbriata par rapport à un contrôle.

Références : www.efsa.europa.eu/fr/

lundi 31 mai 2010
Catégorie : Innovation, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , , , , ,

Une étude in vitro a identifié le mécanisme d’action de l’effet des cétones de framboises sur la prévention de la prise de poids (mise en évidence dans une étude in vivo). Les cétones de framboise ont significativement augmenté la lipolyse, ainsi que l’oxydation des acides gras et supprimé l’accumulation des lipides dans les adipocytes différenciés.

La framboise pourrait donc être le prochain ingrédient phare sur le marché de la minceur.

Référence : Park KS. “Raspberry Ketone Increases Both Lipolysis and Fatty Acid Oxidation in 3T3-L1 Adipocytes”. Planta Med. 2010 Apr 27.

jeudi 20 mai 2010
Catégorie : Convictions, Ingrédients | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , ,

Alors que certaines études ont mis en évidence un effet intéressant de l’acide linoléique conjugué pour le segment de la minceur, montrant une réduction de la masse grasse et préservant la masse maigre, d‘autres études montrent une facette du CLA moins intéressante. Ainsi, cette nouvelle étude de Kennedy et al., supporte des résultats précédents montrant que le CLA induit une inflammation et une insulino-résistance dans les adipocytes.

Référence : Kennedy A, Martinez K, Chung S, Lapoint K, Hopkins R, Schmidt SF, Anderson K, Mandrup S, McIntosh M. Inflammation and insulin resistance induced by trans-10, cis-12 conjugated linoleic acid are dependent on intracellular calcium levels in primary cultures of human adipocytes. J Lipid Res. 2010 Feb 14

jeudi 8 avril 2010
Catégorie : Convictions, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , , , ,

La restriction de la prise alimentaire associée ou non à la surveillance de la consommation calorique ont été évaluées chez des femmes pendant 3 semaines. Les résultats indiquent que la restriction calorique augmente la concentration salivaire en cortisol et que la surveillance calorique induit un stress. Or ces 2 facteurs sont reconnus comme pouvant favoriser la prise de poids.

Cette étude a peut-être identifié l’une des causes expliquant les échecs de certains régimes trop restrictifs. Lutter contre le stress et la production de cortisol, une piste à ne pas négliger lors du développement de nouveaux produits minceur.

Référence : Tomiyama AJ, Mann T, Vinas D, Hunger JM, Dejager J, Taylor SE. “Low Calorie Dieting Increases Cortisol”. Psychosom Med. 2010 Apr 5.