Nutraveris
lundi 8 février 2010
Catégorie : ALLEGATIONS, Convictions, Preuves cliniques | Auteur : experts | Commentaire : Aucun commentaire »
Tags: , , , , ,

Cette revue présentant l’intérêt de certains probiotiques pour maintenir la santé urogénitale nous fait se rappeler que toutes les allégations de santé déposées sur les probiotiques se sont soldées par un avis négatif de l’EFSA car les souches n’ont pas été suffisamment caractérisées.
L’effet des probiotiques étant souche-spécifique et dose-dépendant, les experts du NDA panel n’ont pas pu accepter les effets revendiqués sur des probiotiques insuffisamment caractérisés. Une caractérisation phénotypique est insuffisante et doit être complétée par une caractérisation génotypique.

Le microorganisme est considéré suffisamment caractérisé lorsqu’il rempli les deux conditions suivantes :

• Identification des espèces par hybridation ADN-ADN ou l’analyse de séquences d’ARNr 16S.

• Identification des souches par ADN macrorestriction suivie d’une PFGE (pulsed-field gel electrophoresis), RAPD (random amplified polymorphic DNA), ARDRA (amplified 16S rDNA restriction analysis), ou toute autre méthode de génotypage reconnu internationalement.

Référence : Reid G, Dols J, Miller W. Targeting the vaginal microbiota with probiotics as a means to counteract infections. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2009 Nov;12(6):583-7